Découvrir

du XVI ème au XVIII ème siècle

Sous François 1 (1515-1547), la misère revint apportant famines, peste, impôts nouveaux… conduisant un bon nombre de paysans sur les chemins du banditisme.

À cette époque, de nouvelles idées de liberté et de réforme religieuse donnèrent naissance au protestantisme qui se répandit rapidement en France. En 1545 le prieur de Mondonville, rapporte que « l’église des Saints Pierre et Eutrope d’Angerville la Gâte ayant été polluée par la malice des démons fut réconciliée en même temps que le cimetière. »

Que s’était–il donc passé ?
Une contestation entre Jean de Villiers, curé d’Angerville et René de Séronville, seigneur d’Ouestreville, fut à l’origine de ce fait.

Ce petit seigneur d’Ouestreville avait en effet embrassé avec ferveur cette nouvelle religion ainsi que certains habitants. Il existe encore aujourd’hui un chemin des « Huguenots ». Ce chemin, selon la tradition, était emprunté par les protestants pour se rendre au prêche à Chalou.

En 1588, le duc de Guise venait de battre à Auneau les protestants qui voulaient rejoindre Henri de Navarre.
Le Roi Henri III quitta Paris au plus vite et arriva à Angerville le lendemain de la victoire d’Auneau. Il offrit alors au protestant Français de sortir du royaume.

Vers 1650, sous Louis XIV la population d’Angerville ne dépassait pas 1000 à 1200 Habitants. Le bourg ne comptait alors guère plus de 300 feux dont 45 pour les auberges.
Angerville connaîtra donc les conflits et conséquences des guerres de religions, de la ligue et de la fronde, et sera à plusieurs reprises incendiée et pillée.

Après une époque de calme arrive la Révolution et son émeute du 8 mai 1792, la formation de la Garde Nationale en difficulté avec le curé et la population ainsi que la visite du célèbre conventionnel Couturier et l'arrestation du Marquis de Laborde. Angerville a vu naître Henri Alexandre Tessier (propagateur du mouton de race "Mérinos" en France), M. Cassegrain, l'abbé Blanchet (littérateur), Vauzelle (peintre), Montigny (serrurier, inventeur d'une horloge à automates disparue avec lui). La plupart de ces noms se retrouvent aujourd’hui dans les rues et places d'Angerville.

Haut de page