Cadre de vie

Tranquillité publique

La question de la sécurité et du sentiment de pouvoir vivre sereinement au sein d’une collectivité sans craindre pour ses biens ou même sa propre personne est au cœur du débat public.

Au-delà des besoins de renforts en termes d’effectifs de service de gendarmerie, c’est également une notion de vigilance collective et de dialogue qu’il convient de développer pour adopter un ensemble de réflexes préventifs indispensables permettant bien souvent de limiter voir même d’éviter quelques désagréments.

La mise en place d'un "réseau relais habitants"

S'appuyant sur un ensemble de référents, désignés par le Maire, le réseau relais habitants a pour but d’associer les habitants d’un quartier à leur propre sécurité pour accroitre l’efficacité de la gendarmerie par le biais d’une transmission d’information sur tout ce qui peut apparaître comme inhabituel (un véhicule n’appartenant à aucun « voisins » et qui rode régulièrement, des personnes qui n’habitent pas le secteur et qui semble effectuer des repérage…).

Ce réseau vise en effet à favoriser le dialogue entre les habitants/référents et les services de gendarmerie grâce à la mise en place d’un gendarme référent avec un numéro de portable direct.

Il ne s’agit en aucun cas d’espionner son voisin ou encore de se substituer aux services de gendarmerie, seuls habilités à agir. C’est une action préventive qui vise simplement à adopter les bons réflexes pour donner un maximum d’éléments, bien souvent essentiels et déterminant, pour les enquêtes ou pour prévenir tout acte délictueux.

Développement de la vidéoprotection

Un premier bilan positif pour la vidéoprotection

Comme vous le savez, la ville s’est équipée d’un système de 11 caméras réparties sur l’ensemble du territoire. Ces caméras sont installées dans des zones identifiées comme stratégiques et où le passage est dense, dans le respect de la vie privée conformément à la réglementation en vigueur. Le bilan qui est fait aujourd’hui de ce dispositif est très positif. Les captations vidéo ont d’ores et déjà servis à la résolution d’enquêtes et ont par exemple permis à l’ASVP et à la Gendarmerie de résoudre plusieurs problèmes constatés sur la voie publique.

Aujourd’hui une réflexion est lancée, en lien avec la gendarmerie, sur le développement de la vidéoprotection afin d’étoffer le système existant, en ciblant des lieux précis comme les abords des écoles, sans pour autant en mettre partout. Une réunion publique sera organisée prochainement sur le sujet, afin d’évoquer ensemble et plus largement ce bilan et pour discuter également du possible développement du système. 

Haut de page